Bière après le sport : bénéfique ou pas ?

Sommaire

Aujourd'hui, vous faites votre petit footing quotidien, il est 20h, et là, vous recevez un SMS : vos amis sont prêts à partir au bar et vous vous dites : "Hey, je peux bien prendre une petite bière".

S'il est une affirmation qui a la dent dure, c'est bien celle prétendant que la bière permet aux sportifs de récupérer après l'effort. Un sujet qui divise. Alcoolisée ou non, la bière a-t-elle réellement un impact positif sur la récupération des sportifs ? Pas si sûr...

Des bienfaits non démontrés

De nombreux sportifs pensent que la bière peut leur être bénéfique après l'effort. La bière aurait ainsi plusieurs avantages, comme par exemple :

  • détendre les muscles ;
  • contenir une enzyme qui participe à la reconstruction du muscle ;
  • étancher la soif ;
  • réduire les risques d'accidents respiratoires, tout du moins pour la bière sans alcool.

Aucune donnée scientifique n'est pour l'instant venue confirmer ces affirmations.

Alcool et sport : une combinaison à éviter

On ne peut ignorer le côté convivial et festif de la bière. Mais la bière est une boisson alcoolisée. Si vous pensez vous en sortir avec une bière dite « sans alcool », cette dernière n'en est pas totalement dépourvue, et contient au maximum 1° d'alcool.

Bref, quelle que soit la bière, elle n'est pas l'ami idéal de la récupération sportive, et n'est pas conseillée :

  • durant les entraînements sportifs ;
  • en période de compétition.

Les quelques points suivants ne sont nullement discutables et prouvent que l'alcool est loin d'être le meilleur ami des sportifs car :

  • il limite l'élimination des déchets produits par les muscles durant l'effort, c'est-à-dire l'acide lactique : il en résulte des courbatures, voire des crampes ;
  • l'organisme peut souffrir d'une forme d'intoxication due aux calories contenues dans l'alcool et qui ne sont pas exploitées au cours d'un effort musculaire ;
  • il perturbe la réhydratation, notamment dans le cas de la bière : le sportif élimine en urinant plus d'eau que de bière.

Toutefois, une fois sorti de l'environnement sportif ou compétitif, rien ne vous empêche de siroter une bière après l'effort, en fin de journée. L'idéal étant d'opter pour une bière à 5° au maximum.

Bon à savoir : certaines fédérations sportives (Automobile et Tir à l'arc par exemple) considèrent l'alcool comme un produit dopant et nocif.

Pour aller un peu plus loin :

Ces pros peuvent vous aider